p-accueil.jpg
cote_main_gauche.jpg

 

Nous voulons provoquer la curiosité plutôt que servir une consommation culturelle convenue qui, sous l’étendard du divertissement, revêt les habits de la diversion, dans une accumulation de clichés ou de représentations grotesques du monde.
C’est une démarche compliquée parce qu’elle se heurte sans cesse à une série d’accusations démagogiques et sans fondements, dressées comme des boucliers inébranlables devant ce théâtre qui serait élitiste ou réservé aux initiés.
C’est au quotidien qu’il faut défendre notre ambition et n’en pas démordre. C’est un travail laborieux, parfois gratifiant, parfois raté. C’est celui que nous menons pour conserver au verbe sa capacité de jubilation et de liberté.
traitgrisbis
 
a c t u a l i t é s . . .
deux spectacles en tournée début 2021
 
-
 -
-
--
en cours >>>
-
textes Franck Pavloff et Samuel Gallet
mise en scène Luc Sabot
avec Antonin Grob et Luc Sabot
scénographie Cécile Marc
lumières Julie Valette
son David Michel
photos Marc Ginot
teaser Brice Jullien
-
-
On aurait dû dire non.
Résister davantage, mais comment ?
Ça va si vite, il y a le boulot, les soucis de tous les jours.
Les autres aussi baissent les bras pour être un peu tranquilles, non ?
Franck Pavloff, Matin Brun, extrait.
-
Connais-tu l’heure de la fin de la nuit est un diptyque musical composé à partir de deux textes : Matin Brun de Franck Pavloff et Rosa de Samuel Gallet.
Connais-tu l'heure de la fin de la nuit, deux actes d'une tragédie moderne, deux tableaux d'une humanité malmenée, deux mouvements d'une symphonie que le public doit achever.
-
------------
>>> les dates en page où / quand 

 -
-

-
MarxMatériau6736 MarcGinot
création 2006
--
9 & 10 février >>> Marseillan
12 & 13 février >>> Villeveyrac
--
avec le TMS / Scène Nationale de Sète
réservation 04 67 74 02 02
-
d'après des textes de Karl Marx
conception et texte établi par
Jacques Allaire et Luc Sabot
avec Luc Sabot
régie Cédric Bossu
photos Marc Ginot
-
-
Vous ne direz pas que je surestime le monde présent ; si cependant je ne désespère pas de lui, c’est que précisément sa situation désespérée me remplit d’espoir. Karl Marx
-
Pas de scène, pas de salle, un espace unique, pour un nombre limité de spectateurs, soixante. On est comme chez soi, on pourrait y recevoir, y manger, y dormir. Et la parole naît naturellement sur le mode de la discussion, une histoire qu’on raconte. C’est une parole directe, non théâtrale, identique à celle que l’on aurait dans une soirée entre amis, et commence, tambour battant, la tentative de résolution d’une énigme, énigme de la vie économique de l’homme, une enquête sur nous-mêmes.
------------
>>> les dates en page où / quand 
--
 -
-

-
 -
-

-